opc_loader

Menu

Nous ne sommes pas une maison de vente aux enchères. Vous pouvez acheter directement les œuvres présentées.
Kunstwerken kopen van de Belgische kunstenaar Felix De Boeck

De Boeck Felix

Felix De Boeck était un artiste belge, né à Drogenbos en 1898 et décédé à Drogenbos en 1995. Il était peintre et dessinateur. Sa mère, Louise van Breetwater, était la fille du maire de Drogenbos. C'était une femme cultivée, francophone et fortement religieuse qui, contre la volonté de sa famille, épousa Jan De Boeck, un agriculteur presque inculte de Sint-Kwintens-Lennik. Felix De Boeck avait déjà suivi une formation complète de dessinateur lorsqu'il décida en 1916 de poursuivre une véritable carrière d'artiste. Au crayon et au fusain, il dessine des personnages, des portraits et des paysages d'après nature. Il ne voulait pas être dépendant financièrement de sa peinture et a décidé de devenir agriculteur dans la ferme de ses parents. La semaine, il travaillait dans les champs et le dimanche, il se consacrait à son art. Il a suivi des cours d'histoire de l'art à l'Université de Bruxelles. Dès le début, la lumière a joué un rôle majeur dans ses œuvres. En 1916, il peint des paysages fauvistes et en 1918, Van Gogh devient son modèle. Après une courte période futuriste, ses formes deviennent de plus en plus simples et finalement non figuratives dans les années 1919-1920. Il est considéré comme l'un des fondateurs de l'art abstrait en Belgique. En 1924, il épousa sa cousine Marieke. Ils ont eu cinq enfants, dont quatre sont décédés au cours de leur première année de vie. Le cinquième, Marcelleke, a survécu, mais était mentalement et physiquement handicapé. En partie à cause de la mort de ses parents et de son premier enfant, il emprunte une voie différente à partir de 1930. Son travail se caractérise de plus en plus par une expérience profondément religieuse des personnes, des animaux et de la nature et par une vision symbolique qui rayonne d'une étrange lueur lumineuse dans une structure de cercles et de monochromes. Les lignes et les volumes rappellent au départ les mathématiques, mais il ajoute ensuite de plus en plus un point lumineux aux intersections de ses diagonales. À son tour, l’abstraction a dû céder la place à des images visionnaires dans lesquelles le cercle revient sans cesse, le cercle cosmique comme symbole du noyau spirituel de l’homme. Ses thèmes choisis étaient : la maternité, le début et la fin, le don de soi et les portraits. Il a contribué aux magazines 7 Arts et Het Overzicht. Le Musée Felix De Boeck situé dans la Kuikenstraat à Drogenbos a été inauguré par la Communauté flamande en 1996. Il est mentionné dans BAS I et Deux siècles de signatures d'artistes belges. (Piron)